Accueil > Initiatives > 83 b - Opposition aux travaux d’extension de Brussels (...)

83 b - Opposition aux travaux d’extension de Brussels Airport

Les associations de riverains s’insurgent

jeudi 16 avril 2009, par rédaction WSL

Les riverains de Brussels Airport s’opposent aux travaux d’extension de la zone low-cost

Les riverains de Brussels Airport se disent scandalisé par les « agissements illégaux » des dirigeants de l’aéroport qui souhaitent étendre la zone low-cost avec l’intention d’y accueillir 2,5 million de passagers dans le future.
Une première phase de travaux, baptisée « Projet Azur, phase 1 », qui ne nécessiterait pas de permis de bâtir, va voir l’aménagement de quatre portes d’embarquement dont deux flexibles. Au total ce sont 12 comptoirs check-in et quatre portes d’accès qui devraient êtres installés dans l’ancien terminal intercontinental de la Sabena.

Trois associations de riverains : Wake-up Kraainem, Awacss- Wezembeek et l’UBCNA dénoncent l’attitude méprisante des autorités de l’aéroport qui ne tiennent compte d’aucune procédure légale en matière d’études d’incidence environnementale et qui agissent sans permis de bâtir.

Les associations de riverains demandent l’arrêt immédiat des travaux entrepris. Elles entendent prendre toutes les mesures légales pour arrêter de tels agissements et imposer une étude d’incidence environnementale avant la reprise éventuelle des travaux. Elles dénoncent également l’attitude de certaines autorités flamandes qui, bien qu’au courrant, des manœuvres de l’aéroport, n’ont rien fait pour que les lois soient respectées.

Communiqué diffusé le vendredi 10 avril, par les associations de riverains concernant les projets d’extension de la zone low-cost de l’aéroport de Brussels Airport


« Le projet AZUR de Brussels Airport est une déclaration de guerre !!

Les associations de riverains de l’aéroport de Bruxelles, Wake-Up Kraainem, Awacss et UBCNA sont stupéfaites et scandalisées par les agissements illégaux de Brussels Airport décrits dans le projet AZUR d’extension des activités low-cost.

Elles dénoncent :
- l’attitude méprisante de l’aéroport qui ne tient compte d’aucune procédure légale en
matière d’études d’incidence environnementale et n’a pas de permis de bâtir ainsi que
- la collusion politique et administrative autour de ce dossier. Manifestement, certaines autorités politiques et administratives flamandes étaient au courant des manœuvres de l’aéroport. Comment ces autorités expliquent-elles que les lois sont bafouées alors qu’elles savaient ce qui se déroulait ?

Elles exigent que :
- les travaux soient immédiatement arrêtés et que
- les études d’incidence légales soient effectuées avant l’éventuelle reprise des travaux.

Elles avertissent que toutes les mesures légales seront prises afin d’arrêter ces agissements.

Enfin, les associations rejettent le développement anarchique de Brussels Airport et du plan START qui ne prennent pas en compte les préjudices irréparables à la santé et au cadre de vie des populations. La surcharge acoustique des avions a très largement dépassé les limites de l’acceptable, tout comme le mépris des autorités flamandes et de Brussels Airport qui est totalement inacceptable.

Le ciel n’est pas azur pour Zaventem, il est noir de la colère des riverains ! »
Contact presse des associations de riverains : Frédéric Petit (0475 87 37 98) - André Peters (0478 98 12 83) »