Accueil > Initiatives > Le mot du Bourgmestre

Le mot du Bourgmestre

lundi 1er mars 2021, par rédaction WSL

Woluwe-Saint-Lambert prend ses responsabilités
Grâce à un acte de candidature bien étayé, présenté par le Collège des bourgmestre et échevins, Woluwe-Saint-Lambert a été sélectionnée par la Région pour qu’un centre de vaccination y soit organisé.
Très rapidement, divers services communaux se sont mobilisés, sous l’impulsion de Philippe Jaquemyns, échevin chargé de la coordination des actions de solidarité en période de crise, pour concevoir et organiser ce centre de vaccination qui ouvrira ses portes, ce printemps ( sauf contrordre Régional) dans la grande salle omnisports du Poséidon avec le concours la Croix-Rouge qui coordonne le volet médical de l’opération.
Une fois de plus, notre commune se montre efficace dans la manière d’accompagner au mieux les habitantes et les habitants face aux conséquences de la crise sanitaire.

- Vous serez convoqués par la Région
Il est important de souligner es autorités communales n’ont aucune compétence pour inviter l’une ou l’autre catégorie de la population au centre de vaccination.

C’est, en effet la Région qui lancera les invitations, selon un ordre de priorité qu’elle fixe, aux personnes appelées à se faire vacciner. Il est fort bien que ce soit elle qui veille à l’égalité de traitement entre toutes les personnes. Reste à espérer qu’elle soit parfaitement organisée pour ce faire.

- Un manque de cadre légal
Il est vrai qu’elle dépend, elle-même, des autorités fédérales qui ont mis en place un organe de gestion administrative et technique des plateformes informatiques pour l’identification des personnes prioritaires…Tout cela sans qu’un cadre légal clair garantissant la protection de la vie privée et des données médicales de chacun soit mis en place. Une grave atteinte du gouvernement fédéral à nos droits fondamentaux !

- Le citoyen victime des réformes de l’Etat
Cet enchevêtrement des compétences est particulièrement pénible en période de crise. Faut-il rappeler qu’il est la conséquence de réformes successives de l’État et, plus particulièrement, de la sixième réforme de l’État qui a aggravé le démantèlement de la politique de santé publique dans notre pays.

Au moment du vote de cette désastreuse réforme de l’État, je portais seul la voix de l’opposition francophone pour en dénoncer les conséquences dommageables. Nous en avons, hélas, la preuve aujourd’hui. Mais il faut se souvenir qu’à l’époque, tous les partis francophones qui la soutenaient (PS, MR, CdH, Ecolo) prétendaient que cette réforme se faisait dans l’intérêt des citoyens et de la qualité des services à leur rendre … Il aura fallu cette crise pour prendre la mesure de cette erreur.

- Rester vigilent face au projet d’une nouvelle réforme de l’Etat
Au moment où certaines forces politiques parlent de préparer une nouvelle réforme de l’État, en ignorant une nouvelle fois les aspirations profondes des milieux concernés et des populations, je mets en garde. Tous ceux qui prétendent qu’il ne faut pas avoir peur d’un modèle confédéral accentué, ce que la 6e réforme de l’État a déjà amorcé comme évolution, trompent l’opinion publique. Les ultra-régionalistes sont les meilleurs alliés des nationalistes et autres séparatistes. J’ai toujours été un ardent défenseur de la Région bruxelloise. Mais qu’on ne s’y trompe pas, le confédéralisme tel que pensé par les forces nationalistes, signifiera la négation de notre région et son appauvrissement car elle sera isolée et sans lien avec sa large périphérie et donc soumise à tous les chantages.

J’invite tous les responsables politiques à tirer les enseignements institutionnels de cette grave crise sanitaire. Il est temps de se redonner de la hauteur de vue.

Olivier MAINGAIN,
Bourgmestre