Accueil > Initiatives > Non à la réduction de l’avenue de Tervueren aux Quatre Bras (...)

Non à la réduction de l’avenue de Tervueren aux Quatre Bras !

jeudi 1er avril 2021, par rédaction WSL

La “Werkvennootschaap” (société sous tutelle du Gouvernement flamand, qui coordonne les projets des différentes autorités flamandes de la mobilité), mène de grands travaux de réaménagement du ring autour de Bruxelles, visant à sa sécurisation et son augmentation.
- Réduire l’entrée dans Bruxelles aux Quatre Bras
Ce projet intitulé “Werken aan de ring” concerne également la partie EST du ring et de la Région bruxelloise et notamment le remaniement du carrefour des Quatre Bras et du bout de l’avenue de Tervueren (N3).
Le projet prévoit la disparition du bras sud de la N3 afin d’en faire une autoroute (sic !) cyclable. Le trafic entrant et sortant serait alors ramené sur l’unique tronçon nord. Le gouvernement flamand veut, en effet, supprimer deux bandes de circulation (une
voie pour le trafic entrant et une voie pour le trafic sortant) aux portes de Bruxelles et les remplacer par une autoroute cyclable dans chaque sens.
Il est à noter qu’il existe déjà une piste cyclable sur l’avenue de Tervueren, qui pourrait bénéficier de travaux de rénovation.

- Une ministre bruxelloise de la mobilité qui ne défend pas les Bruxellois !
Une phase test de ce projet de rétrécissement est prévue entre août et octobre 2021, en partenariat avec la Région bruxelloise puisque l’avenue de Tervueren est, pour partie, une artère régionale.

La ministre bruxelloise de la mobilité, Elke Van den Brandt (Groen), soutient en effet ce projet porté par la Flandre. Pour elle, l’émergence de nouvelles pistes cyclables est en accord avec la politique qu’elle met en œuvre à Bruxelles.
Des bollards et des blocs de béton devraient donc être installés sur ce tronçon, de la fin août afin de voir dans quelle mesure ce projet génère ou non un report de trafic aux abords des axes structurants de l’avenue.

Ce projet de la Région flamande sur le tronçon des Quatre Bras impactera fortement les habitants des communes de l’EST de Bruxelles, directement ceux de Woluwe-Saint-Pierre, mais également les communes de Woluwe-Saint-Lambert et Auderghem en entrainant un trafic de transit accru dans les quartiers.
Un projet qui va réduire l’accès à Bruxelles et peut aussi avoir un impact économique en dissuadant les navetteurs de venir travailler dans la capitale.

Le Collège des bourgmestre et échevins de Woluwe-Saint-Lambert, à l’initiative du bourgmestre Olivier Maingain et de Gregory Matgen échevin de la mobilité

  • Marque sa ferme opposition à ce projet de suppression du bras sud de l’avenue de Tervueren conduisant aux Quatre Bras et va adresser un courrier en ce sens au gouvernement flamand l’invitant à revoir sa position afin qu’il privilégie la rénovation de la piste cyclable actuelle ;
  • Déplore que la ministre bruxelloise de la mobilité, Mme Elke Van den Brandt ne défende pas les intérêts des Bruxellois. La commune lui demande instamment de consulter et d’écouter les Bruxellois, les autorités communales ainsi que des acteurs essentiels situés sur le territoire de la Région concernés par ce projet, comme les cliniques universitaires Saint-Luc, avant d’engager la Région bruxelloise vis-à-vis des projets des autorités flamande ;
  • Condamne la manière dont les autorités flamandes imposent leurs décisions sans tenir compte de l’impact négatif sur les communes de la Région bruxelloise. Ce projet aurait dû être traité au sein de la communauté métropolitaine, présentée par les négociateurs francophones lors de la 6ème réforme de l’Etat comme la contrepartie à la scission de l’arrondissement Bruxelles-Hal-Vilvorde. Faute d’accord de coopération, en raison du refus du gouvernement flamand, celle-ci demeure une coquille vide au détriment des intérêts de tous les bruxellois.
  • Invite les bourgmestres des communes voisines concernées (Woluwe-Saint-Pierre, Auderghem, Crainhem, Wezembeek-Oppem) à se concerter pour faire front face aux autorités flamandes ;
  • Envisage d’introduire un recours contre les décisions de la Région flamande qui porteraient préjudicie aux habitants de Bruxelles.
  • Invite la Ministre régionale de la Mobilité à concentrer ses efforts sur les projets bruxellois, en dégageant les moyens financiers nécessaires pour le réaménagement des grands axes régionaux afin d’y améliorer la sécurité de tous les usagers (piétons, cyclistes et automobilistes). A titre d’exemple, le tronçon du Boulevard de la Woluwe entre l’avenue Vandervelde et l’avenue Hippocrate est toujours dans l’attente d’un réaménagement, dans la continuité de ce qui a été fait entre le Musée du Tram et le cours Paul-Henri Spaak

La commune rappelle que ce projet, couplé à la fermeture de l’accès direct au Ring depuis le Boulevard de la Woluwe, va à l’encontre des ambitions du plan régional « Good Move » qui vise à privilégier l’utilisation des grands axes. Si ces projets se concrétisent, le risque de report de la circulation dans les quartiers résidentiels est réel.

Une motion contre la suppression de la liaison entre le boulevard de la Woluwe et le ring
Pour rappel le projet “Werken aan de ring” de la “Werkvennootschaap” prévoit également la suppression de la liaison entre le boulevard de la Woluwe et le Ring de Bruxelles sur le territoire de la Commune de Zaventem. Un projet contre lequel le conseil communal de Woluwe-Saint-Lambert a adopté en sa séance du 25 janvier une motion marquant l’opposition ferme de la commune à la suppression de cette liaison entre le boulevard de la Woluwe et le Ring qui va fortement impacter la mobilité des communes.
http://www.listedubourgmestre-wstl.be/spip.php?article941